Conseils pour changer les couches

Avant d’aborder le lavage des couches lavables, nous vous donnons quelques conseils sur la façon d’organiser l’heure du changement des couches. Partons d’une prémisse : chaque foyer, chaque famille et chaque enfant est différent. Les conseils que nous donnerons dans ce billet sont basés sur notre expérience, certainement différente de celle que vous allez faire. Une expérience qui peut cependant s’avérer utile puisque nous avons utilisé des couches lavables dans des conditions extrêmes : avec des jumeaux et vivant au troisième étage d’un immeuble, dans un petit appartement. Tout est prêt ? Commençons par notre guide personnel de l’organisation du lavable !

  1. Tout à portée de main
    Cette règle est une règle générale : lorsque vous changez un enfant, vous devez avoir tout sous la main (et dans le cas de jumeaux aussi de pied, bouche, genou…). C’est non seulement une question d’ordre pratique, mais aussi une question de sécurité : les bébés ne doivent jamais être laissés seuls sur la table à langer. Même lorsqu’ils ne marchent pas ou ne rampent pas, ils sont capables de mouvements très soudains. Et nous ne voulons vraiment pas qu’ils apprennent à voler comme ça, n’est-ce pas ? Donc : couches, voiles pour attraper les crottes, lingettes, corps, tout doit être près de l’avion où l’enfant est placé. Un truc : il est utile d’avoir toujours un petit jeu spécial, à donner dans la main de l’enfant seulement pendant le changement. Ne le voyant pas autour de la maison, ce sera toujours une surprise pour lui et il gardera ses mains loin des zones « dangereuses » pendant toute la durée du changement.
  2. Ai-je vraiment besoin d’une table à langer ?
    Beaucoup de gens vous conseilleront d’utiliser le lit comme matelas à langer, ou toute autre solution peu coûteuse. Nous avons préféré investir de l’argent dans une table à langer. C’est surtout pour sauver votre dos : même 20 cm de plus de hauteur protège de la douleur… Et avec un ou plusieurs enfants dans la maison, nous ne pouvons certainement pas nous permettre une inflammation ! De plus, les commodes à tiroirs vous permettent de respecter le premier point de notre guide : tous proches, tous sûrs.
  3. Comment faire des articles lavables ?
    Nous avons toujours utilisé des couches lavables en poche. Nous les avons déjà préparés « farcis » avec des inserts et les avons divisés par type d’utilisation. Par exemple, dans le premier tiroir, nous avions rassemblé toutes les couches à remplissage journalier, c’est-à-dire avec seulement les inserts en microfibre. Dans le deuxième tiroir, nous avons placé les couches prêtes pour la nuit ou pour le premier changement après le repas du matin, remplies d’inserts en fibres naturelles combinés à des inserts en microfibre. Nous avons toujours utilisé des voiles de cellulose qui retiennent les excréments : s’ils n’étaient mouillés qu’avec de la pisse, ils finissaient dans la machine à laver avec le reste des couches. Nous en avons préparé quelques-uns déjà détachés du rouleau et cela nous a permis de toujours tenir une main sur l’enfant et de récupérer le nécessaire avec la main libre.
  4. En plus des couches, qu’ai-je sous la main ?
    Pour les changements où il n’y avait que pour « rafraîchir », nous avons utilisé des lingettes lavables. Nous les avons empilés dans le tiroir et à côté d’eux, nous avons préparé un vaporisateur avec une solution d’eau et 20 gouttes d’huile d’arbre à thé à l’intérieur. Nous avons vaporisé le liquide sur la serviette à utiliser, qui a ensuite été lavée avec la couche sale. Nous n’avons pas tout de suite eu accès aux serviettes lavables, nous ne savions même pas qu’elles existaient. Mais une fois découvert, il semblait naturel de les acheter, étant donné le coût prohibitif des produits sur le marché et le fait que les lingettes pour bébés peuvent souvent être très dangereuses.
  5. Où dois-je mettre mes couches en attente d’être lavées ?
    Ici, cela dépend beaucoup de la façon dont votre maison est structurée. Nous avions une petite terrasse où nous avions placé une poubelle avec couvercle, d’environ 60 cm de haut. A l’intérieur, nous avions inséré un sac mouillé. Le couvercle limitait l’écoulement des odeurs, le sac humide nous permettait de tout mettre dans la machine à laver sans reprendre les couches et les inserts. En été ou pendant la poussée des dents des enfants était très utile pour verser sur un coton quelques gouttes d’huile aromatique (et le mettre dans le sac en toile), qui couvre la plus forte odeur de pipi dans ces périodes particulières. Pas de pinces à linge dans le nez et pas de poubelle pleine de couches jetables : dans les rares périodes où nous les utilisions, avant de passer complètement au lavable, était insoutenable l’odeur des couches est restée fermée pendant une semaine…