Histoire du télescope

Quand on découvre l’histoire du télescope, on se rend compte que d’une certaine façon, l’invention de ce télescope est encore un mystère, tout comme la découverte de ses principes optiques. Cependant, la recherche moderne considère qu’il est probable que l’optique de base des instruments de télédétection était connue au 13ème siècle, et il est vrai que les scientifiques utilisaient des télescopes en Angleterre à la fin des années 1570 – 80.

Restez au courant des dernières modes sur les tables camping grâce à notre site.

De même, la première demande de brevet n’a été déposée que des années plus tard, en 1608, et c’est aux Pays-Bas, et non en Angleterre, que Hans Lippershey a construit un télescope pour justifier sa demande. Les instruments étaient grossiers selon les normes actuelles, mais encourageaient la fabrication d’une série de télescopes.

Ces encouragements par la construction de télescopes ont encouragé Galileo Galilei un an plus tard à construire des lentilles de sa propre conception en Italie. En janvier 1610, il avait construit un instrument 30x et les résultats révolutionnaires qu’il obtint en étudiant le ciel stimulèrent le développement du télescope en Europe.

Ces premiers télescopes étaient toujours des réfracteurs, avec une lentille à l’avant pour capturer et focaliser la lumière, et un oculaire derrière pour examiner l’image. Ils présentaient tous deux défauts graves, tels que le développement du microscope, l’aberration sphérique et l’aberration chromatique. La sphérique vient du fait que les lentilles dont la surface est un hémisphère (comme elles l’étaient toutes) conduit la lumière qui passe près du centre vers un foyer différent de la lumière qui passe près des bords de la lentille. Le résultat est que l’image est nette au centre ou sur le bord, mais pas les deux. Galilée a essayé de l’éviter en utilisant un écran au-dessus de l’objectif précédent pour empêcher la lumière du bord d’atteindre l’oculaire, mais au milieu du XVIIe siècle, d’autres ont résolu le problème en fabriquant des télescopes à longue focale, et les instruments de 18 m étaient assez courants. L’aberration chromatique, qui a produit une frange de couleur autour des objets, provient de l’effet de diffusion de l’objectif, qui conduit la lumière de différentes couleurs à différents points focaux. Pendant un certain temps, le défaut a semblé insoluble ; certains ont essayé de fabriquer des lentilles en combinant des matériaux dont la dispersion était différente, comme le verre et l’eau, mais le problème n’a pas été résolu dans les années 1730-40, quand un avocat, Chester Moor Hall, a projeté une double lentille avec une composante en verre (verre couronne) et une autre en verre plus dense (verre flint).